Bricoleurs.Tv » Jardin et espaces verts » Plantes vertes » Les Fougères

Plantation et entretien des fougères, arrosage, empotage, rempotage et lutte contre les insectes

Il existe une multitude de variétés de fougères dont leurs exigences de culture permettent de les diviser en deux catégories principales. La première est représentée par les fougères rustiques ou de pleine terre. Parmi elles, on distingue l’Adiantum pedatum, le Polystichum aculeatum, l’Osmonde royale, la Langue de bœuf ou langue de cerf et l’Asplenium trychomanes. La deuxième catégorie, moins courante mais utilisée surtout en tant que plantes d’intérieur est représentée par les fougères non rustiques, de serre chaude ou de serre froide. Les fougères sont dotées d’une aptitude à se développer dans une zone ombragée, faisant d’elles des plantes destinées à la plantation des lieux exposés au nord, à celle des sous-bois. Les fougères servent également de garniture de talus ou de rocaille. Il est impératif d’attribuer aux fougères des soins quotidiens comme l’arrosage, ceux hebdomadaires comme l’ajout d’engrais pour certaines espèces, et ceux semestriels comme l’empotage. Par ailleurs, comme la multiplication des fougères se fait à partir des spores posées sur la fronde, sa culture nécessite une technique particulière.

Les Fougères

La culture de la fougère se fait exclusivement sur un sol poreux, acide, léger et surtout aéré, frais, en zone ombragée ou à exposition nord. Seule l’espèce Osmonde royale exige une culture en zone très ensoleillée et à proximité d’un point d’eau.

La plantation de fougères proprement dite

Avant tout, il faut récupérer les spores posées sur les frondes des fougères. Pour multiplier les fougères donc, poser une fronde comportant des spores sur une première feuille de papier que vous recouvrirez d’une deuxième feuille, pour la faire sécher pendant plusieurs jours. En séchant, les spores vont se décoller de la fronde. Les récupérer et les mettre de côté pour le semis.

Pendant que la fronde sèche, préparez le terrain ou le pot qui recevra les semis. De manière générale, les fougères réclament une terre enrichie en proportions identiques en terre franche et en terre de bruyère, ¾ de portion de sable. N’oubliez pas que le sol doit reproduire les caractéristiques de celui d’un sous-bois ou de la forêt : humide, aéré, riche en humus, en mycorhizes et en microorganismes.

Le semis peut s’effectuer tout au long de l’année mais de préférence procédez au printemps. Répartissez les spores sur le terreau à la surface même des terrines que vous maintiendrez humides. Après 15 jours, la germination apparaît par l’apparition des « prothalles », des petites membranes vertes claires et fines. Quand ils sont munis de 2 branches foliaires repiquez-les par groupe. La multiplication peut se faire ensuite soit en divisant les touffes formées, soit le plus souvent en séparant les rhizomes. Pour certaines espèces, il est possible de procéder à la multiplication de la fougère en repiquant les bourgeons au niveau des spores qui sont pourvus des radicelles.

revenir en haut

Comment entretenir la fougère ?

L’arrosage de la fougère suit des règles précises. Utilisez de préférence de l’eau de pluie ou de l’eau filtrée sans calcaire, ou de l’eau de robinet tiédie. Les racines doivent continuellement être dans un milieu liquide, d’où la nécessité d’un sol bien aéré pour faciliter la répartition de l’eau. Une autre méthode pour maintenir cette hygrométrie est de placer le pot de fougère dans un autre pot plus grand, puis de remplir l’espace entre ces pots de tourbe humide. En-dessous de 16°C, il faut réduire la fréquence et la quantité de l’arrosage pour permettre à la surface de sécher entre les séances d’arrosage. En hiver ou en-dessous de 10°C, la croissance de la fougère est interrompue momentanément, une hygrométrie adéquate sans arrosage suffit à maintenir la vitalité de la fougère.

Les exigences des fougères en termes d’engrais et de rempotage sont spécifiques. L’engrais doit être enrichi en azote mais l’azote et le phosphate ne doivent se trouver qu’à l’état de trace. Si l’engrais est à base de tourbe, le sol n’en doit être enrichi que toutes les 2 semaines, et une fois par mois seulement pour les engrais riches en terreau.

Le rempotage se fait au printemps ou dès le début de l’été. Pour le rempotage des espèces dites « terrestres » le compost doit être drainé et léger. Pour les espèces dites « épiphytes », il est préférable d’ajouter au terreau de la tourbe, quelques morceaux de charbon de bois, du sable à gros grain et du compost de feuilles. Enfin, pour protéger vos fougères des insectes, une cuillerée à soupe de détergent diluée dans l’eau d’arrosage permet d’éliminer les pucerons. L’alcool dilué et dénaturé permet de lutter contre les cochenilles.

Horticulture - Homéopathie | © mentions légales