Bricoleurs.Tv » Jardin et espaces verts » Les rosiers » La plantation et l’entretien des rosiers

La plantation et l’entretien : conditions nécessaires pour la floraison et la bonne santé des rosiers

Il faut choisir le rosier en fonction du type de plantation. Optez pour des rosiers pleureurs et des rosiers tiges pour une plantation en isolé, sur pelouse ou en massif. Les rosiers buissons conviennent aux massifs et aux plates-bandes. Les rosiers miniatures sont adaptés aux bordures, jardinières et rocailles tandis que les rosiers grimpants sont destinés aux clôtures, haies, pergolas, allées et murs. Quel que soit le type de rosier choisi, il faut qu’il soit de bonne qualité : les rameaux bien écartés doivent présenter une écorce verte avec des bourgeons bien en vue tandis que les racines chevelues ne doivent pas être molles et mesurer au moins 20 cm.

La plantation et l’entretien des rosiers

Les rosiers aiment le soleil. Ils doivent être plantés à découvert avec au moins 5 heures d’exposition au soleil par jour. Par contre, ils ne sont pas trop exigeants pour le sol, ils se développent sur tout type de terrain meuble à l’exception des sols argileux qui étouffent les racines et la terre trop calcaire qui entraîne le jaunissement des feuilles.

Comment réussir la plantation des rosiers ?

S’il faut planter les rosiers sur un sol calcaire ou argileux, quelques amendements sont nécessaires : ajouter de la terre de bruyère et de la tourbe brune sur un sol trop calcaire, apporter du sable et de la tourbe blonde sur un sol argileux pour une meilleure aération. Si les nouveaux plants sont destinés à remplacer d’anciens rosiers, il faut absolument changer la terre sur 50 cm de profondeur. Pour les rosiers à racines nues, la plantation commence début octobre pour prendre fin en mi-mai, novembre étant la meilleure époque. Néanmoins, si le terrain est lourd ou situé en altitude, préférez les mois de février-mars. Pour les rosiers en conteneur ou en pot, la plantation est permise tout le long de l’année. Dans tous les cas, éviter de planter en période de gel ou si le sol est détrempé. Il est conseillé de respecter les distances minimales de plantation : environ 0,50m pour les rosiers buissons, 1m pour les rosiers tiges, 1,50m pour les rosiers grimpants et 2m pour les rosiers pleureurs s’ils sont plantés sur pelouse ou en massif.

Avant la plantation, éliminez les parties des racines abimées (habillage) puis plongez les racines dans un mélange de boue argileuse, de terre et d’eau (pralinage). La longueur des tiges ne doit pas dépasser 10 cm pour les rosiers nains et 40 cm pour les grimpants, taillez si besoin. Pour les rosiers tiges, mettez en place le tuteur avant de planter pour éviter d’endommager les racines ou la greffe. Pour les rosiers grimpants, il faut les planter à 30 cm environ de la base du support (tonnelle, treillage, etc.). Orientez les racines dans le sens opposé à celui du support. Fixer les branches au support au fur et à mesure de leur développement.

Tous les rosiers se plantent en suivant quelques étapes. Tout d’abord, réalisez un trou large et profond de manière à ce que les racines ne se trouvent pas à l’étroit, puis travaillez la terre sur 25-30cm. Ajoutez un engrais spécial pour rosiers. Voir plus haut pour le sol calcaire et argileux. Placer ensuite le rosier en veillant à ce que le point de greffe soit au niveau du terrain. Bien répartir les racines au fond du trou en évitant leur contact avec l’engrais ou le fumier. Versez de la terre fine entre les racines puis remplir le trou avec de la bonne terre. Bien tasser au pied pour que le sol soit bien compact autour du jeune plant. Arroser généreusement pour un meilleur contact entre la terre et les racines. Enfin, attendez une semaine puis buttez le rosier avec de la terre sableuse ou de la tourbe en guise de protection du point de greffe. Il faut enlever cette butte au printemps

revenir en haut

Quand et comment tailler les rosiers ?

Les rosiers doivent subir leur première taille à la fin de l’hiver lorsque les grosses gelées sont passées. Pour les années suivantes, la taille se fait une fois par an, habituellement au mois de mars sauf pour les rosiers grimpants non remontants qui doivent être taillés après la floraison. La taille doit éliminer les brindilles chétives, les branches mortes et les gourmands, le bois pas assez lignifié et les petites branches qui frottent contre des rameaux mieux placés.

Pour les rosiers buissons, la première année, taillez à hauteur de 15 cm pour rendre les pousses plus vigoureuses puis les années suivantes à hauteur de 20 cm. Laissez en place 5 branches principales avec 2 à 5 bourgeons en fonction de leur vigueur. Prenez soin d’éclaircir le centre du rosier en coupant de préférence au-dessus d’un bourgeon tourné vers l’extérieur. Taillez de la même manière pour les rosiers tiges. Les rosiers miniatures sont dispensés de taille l’année qui suit la plantation. Les années suivantes, la taille doit se limiter à un nettoyage de printemps par suppression des branches mortes ou affaiblies tout en veillant également à dégager le centre du rosier.

Pour les rosiers arbustes, taillez la première année afin d’éviter une croissance trop rapide des branches. Les années suivantes, réduisez de moitié la longueur des pousses restantes en prenant soin de garder la forme harmonieuse du rosier. Enfin pour les rosiers grimpants, contentez vous d’une taille légère la première année puis, pour les rosiers grimpants remontants à grosses fleurs, taillez à hauteur de 80 cm environ à la fin de l’été. Les années suivantes, éliminez les branches de plus d’un an qui présentent une écorce brune ou grise.

revenir en haut

Pour des rosiers sains et florissants

Arrosez généreusement les rosiers en début de soirée une fois par semaine en période de non floraison en prenant garde à ne pas mouiller les feuilles. En période de floraison, arrosez quotidiennement. Pour aérer le sol, binez de façon régulière pour briser la croûte de terre qui s’entasse à la surface du sol. Au printemps après le binage, épandez au pied de chaque rosier une couche d’écorce de pin de 5 cm d’épaisseur pour maintenir l’humidité et éviter la prolifération des mauvaises herbes. On peut également utiliser de la tourbe blonde ou du fumier. Il faut amender le sol après la taille qui précède la floraison mais aussi après la première floraison. Répandez un engrais soluble ou en granulés en surface puis biner légèrement pour que l’engrais et la terre forment un tout. Pour ne pas fatiguer inutilement la plante, éliminez systématiquement les feuilles et les fleurs fanées.

Pour les maladies et les parasites, pensez d’abord aux remèdes naturels avant d’employer les gros moyens. Pour une attaque localisée de pucerons, utilisez de l’eau savonneuse pour les éliminer. Si cette méthode est inefficace ou si l’infestation est massive, ajouter du pyrèthre à l’eau savonneuse puis vaporiser les rosiers. Pour l’oïdium qui se manifeste par un blanchissement au niveau des tiges et près des bourgeons, il faut intervenir le plus tôt possible en pulvérisant de la décoction de prèle sur les parties contaminées. Pour les cochenilles, un nettoyage des parties atteintes avec du coton imbibé d’alcool peut suffire, sinon vaporisez un mélange à faible dose de liquide lave-vaisselle et d’alcool. Si ces différentes méthodes échouent, utilisez de préférence des produits polyvalents qui agissent à la fois contre les insectes et les champignons.

Horticulture - Homéopathie | © mentions légales