Bricoleurs.Tv » Jardin et espaces verts » Les rosiers » Bouturer un rosier

Comment réussir une opération de bouturage sur un rosier ?

Pour avoir de nouvelles plantes dont le jardin, on peut soit acheter un plant chez le fleuriste, soit procéder à une multiplication à partir des plantes qu'on possède déjà. Parmi toutes les étapes de multiplication, le bouturage est le plus aisé à mettre en oeuvre. L'opération consiste à prélever un morceau de tige sur un rosier et à le planter dans un nouveau contenant pour avoir une nouvelle plante. La différence avec toutes les autres techniques de multiplication est que la tige se manipule plus facilement que d'autres parties de la fleur, étant aussi moins fragile.

Bouturer un rosier

Il y a de nombreuses façons de multiplier un rosier. Parmi elles, on peut citer le marcottage, les semis ou encore le prélèvement de drageons. Même si la technique de bouturage possède quelques limites (saison définie, impossibilité de croisement, etc.), elle reste l’une des techniques les plus aisées à pratiquer.

Les préalables

Il existe une période bien définie pour pratiquer le bouturage, elle s’étend du mois d’août au mois de novembre, saison à laquelle les tiges ont arrêté de pousser. Il faut aussi savoir que les variétés anciennes et les variétés grimpantes sont plus aptes au bouturage que les variétés modernes. De plus, il existe des espèces dont la reproduction est interdite car elles ont été protégées pour le commerce, ou alors il faut obtenir une autorisation auprès du propriétaire de l’espèce. Le bouturage "hors saison" est aussi possible. Il y a deux astuces possibles : soit faire une entaille à la base de la tige pour y insérer un grain de blé, soit utiliser de l’hormone de bouturage. Le substrat le plus efficace est le mélange à parts égales de sable de rivière et de terreau. Si le sol où on plante le rosier contient du calcaire, cela multiplie les risques d’échecs. Tous les types de contenants peuvent être utilisés, à condition qu’ils soient profonds et percés à la base. Pour une solution très économique, on peut employer les bouteilles en plastique.

revenir en haut

Les étapes de la bouture

Pour choisir les tiges à prélever, il faut utiliser des tiges qui sont dures. Les tiges tendres ne conviennent pas pour le bouturage. Une bouture est constituée d’une tige coupée à la base d’un noeud et au sommet, la longueur doit être d’environ 20 cm et l’épaisseur de la tige doit être comparable à celle d’un crayon de papier. Pour que la bouture prenne, il faut que la coupe soit faite dans le biais. Ensuite, il faut préparer la bouture en élaguant toutes les pousses latérales et les racines. Il faut se contenter de laisser quelques feuilles au sommet. Les boutures doivent être immergées dans l’eau pour éviter le dessèchement. Cette pratique favorisera aussi la fixation de l’hormone de bouturage. Pour l’utiliser, verser l’hormone dans un récipient avant de tremper le bout de la tige. Pour ôter l’excédent, tapoter légèrement les boutures.

Pour planter le rosier, il faut creuser un petit trou au préalable avec un stylo, cela empêchera la tige de se frotter au sol lors de l’implantation. Placer la bouture et tasser le sol autour. Il est judicieux d’utiliser des étiquettes pour pouvoir distinguer les boutures entre elles. Les environnements humides sont plus favorables aux boutures, on peut les placer dans une mini serre ou les envelopper avec du film plastique. Il ne faut surtout pas les exposer directement au soleil. Les feuilles peuvent jaunir et tomber, elles seront remplacées plus tard. Par contre, il faut ôter immédiatement une branche noircie pour ne pas contaminer la plante entière.

Horticulture - Homéopathie | © mentions légales