Bricoleurs.Tv » Jardin et espaces verts » Réussir ses massifs et ses plates-bandes

Les conseils utiles pour la réalisation de massifs et de plates-bandes

Avoir un beau jardin ornementé d’un beau massif et d'une belle plate-bande est un plaisir pour les yeux. En constatant la beauté de ces chefs d’œuvres, on a toujours tendance à penser qu’il faut impérativement faire appel au service d’un jardinier ou d’un paysagiste professionnel pour les réaliser. En effet, si les moyens le permettent, il n’y a rien de meilleur que de faire appel à leur service, mais d’un autre côté, il est tout à fait possible à toute personne d’apprendre et d’essayer de les réaliser en suivant les bonnes bases. Que ce soit pour réalier un massif ou une plate-bande, tout repose sur la préparation. Il faut déjà avoir en tête ce qu’on veut exactement, le dessiner pour avoir un croquis, essayer de mettre les nuances, choisir le meilleur endroit et sélectionner les couleurs et les plantes. Lorsque tout sera prêt, c’est seulement à ce moment qu’il faut le réaliser sur terrain.

Réussir ses massifs et ses plates-bandes

Les plates-bandes et les massifs constituent des décorations idéales pour un jardin. Pour les élaborer, il n’y a pas de règle impérative et stricte à suivre, tout est question de feeling mélangé à du savoir faire et de l’expérience. Il faut penser à l’expression qu’on veut évoquer à travers eux et c’est de là qu’on doit s’inspirer. En ayant déjà le résultat recherché en tête, ne pas oublier quand même qu’ils attirent la vue dès le premier coup d’œil. Ainsi, il faut avoir le sens de l’équilibre artistique dans le mélange des espèces de plantes, de leur textures, de leur formes, de leur hauteurs et de leurs couleurs, les contours doivent être toujours adoucis.

La préparation du sol pour les massifs

Après avoir bien déterminé son emplacement, tracer la forme du massif et travailler la terre de l’intérieur en retournant la terre d’une assez large profondeur avec une bêche. Conditionner la terre pour qu’elle soit fertile et favorable à la plantation. Pour ce faire l’ajout d’un amendement organique est recommandé, opter pour un broyat vert, un compost ou un terreau et éviter autant que possible les produits chimiques. Si la terre est vraiment trop pauvre, un apport en engrais est également souhaité, mais de préférence un engrais naturel, à défaut pencher au mieux pour les PK, sinon il est important de procéder à un décapage. Mettre au même niveau le terrain, à moins qu’un massif à étage est envisagé, et terminer le terrassement avant de poursuivre la plantation.

revenir en haut

Les critères à prendre en compte

La plantation de la végétation qui va composer le massif ne se fait pas à la légère. Il ne suffit pas de mettre en terre les fleurs et les arbustes à volonté, il faut tenir compte de quelques critères pour que le massif soit joli et durable. Chaque plante a sa forme, ainsi leur forme doit se mélanger et être complémentaire. Si on veut donner un aspect particulier au massif, on peut faire appel à l’art topiaire pour obtenir des formes en pyramide, en prostrée, élancée ou en boule. Les périodes de floraison sont très importantes puisqu’il faut mélanger les plantes qui fleurissent à différents moments pour avoir une bonne continuité. De même, en plus des plantes à feuilles caduques qui tombent en hiver, il doit y avoir impérativement des végétaux à feuilles persistantes pour combler le décor. Toutes les tailles doivent y être, mais il ne faut pas oublier que ces plantes grandissent et il y en a qui vont devenir de gros arbres, en ce sens il est conseillé d’opter pour ceux à croissance très lente, sinon il faut éviter l’araucaria, le chiot du bouvier des Flandres et le cèdre de Liban. Les plantes ayant des formes de feuillage diverses doivent être réunies également, que ce feuillage soit velu, rugueux, rond, long, fin, simple, découpé, grand ou petit. Ne pas oublier que la couleur est une des critères essentielles lors du choix car c’est elle qui donne la première impression.

revenir en haut

Les notions de base pour réaliser des massifs et les plantes conseillées

Le massif doit se distinguer nettement des autres parties du jardin. Ainsi la tendance fait qu’il domine toujours le milieu du jardin. La couleur doit évoquer l’expression recherchée et il faut faire en sorte d’éviter tout problème relatif à la cacophonie des couleurs. La logique fait que les plantes de petites tailles sont mises devant et celle de hautes tailles derrières tout au fond du massif. Il ne faut pas aligner les plantes lors de leur mise enterre. Veiller à les placer au hasard. Parmi les variétés les plus utilisées en massif, en voici quelques unes à titre indicatif :

  • Eschscholtzia de Californie
  • Dahlia Opéra
  • Rudbeckia Gloriosa Daisy
  • Reine-marguerite Pivoine
  • Ipomée
  • Cosmos Sensation
  • Lavater
  • Œillet de Chine
  • Capucine
  • Alysse Odorante
  • Godétia Monarch

Pour réaliser des massifs permanents qui sont présents tout au long de l’année, on plante des conifères, des arbustes et des vivaces. Favoriser les végétaux à feuillage persistant et de couleurs variées pour alterner aux fleurs. Pour les massifs saisonniers, favoriser les plantes annuelles pour avoir un beau massif en été, et opter pour les bisannuelles comme les giroflées, les pensées et les myosotis ainsi que les fleurs à bulbes afin d’avoir un massif attrayant au printemps.

revenir en haut

La réalisation des plates-bandes

Les principes de réalisation d’une plate-bande sont assez similaires à celles des massifs mais il y a des différences et des spécificités qu’il faut considérer. L’équilibre du jardin, ainsi que son contour sont assurés par les plates-bandes. Il faut suivre quelques étapes pour obtenir un bon résultat. Repérer l’endroit où placer la plate-bande, le plus souvent au milieu d’une pelouse. Délimiter cette surface et retirer la pelouse. Si la surface est trop importante, on peut utiliser une machine spécialisée. Sinon, dans les réalisations courantes, on utilise une simple pelle. Cette aire de plantation doit être nettoyée de toutes les mauvaises herbes. L’étape suivante consiste à ajouter à l’espace nettoyé de la terre pour jardin. Il ne faut jamais utiliser des terres noires. Faire un apport d’engrais et de compost puis mettre la surface à même niveau. Prendre les végétaux et les positionner juste sur la surface sans pour autant les planter, cela afin d’avoir une vision globale sur ce que cela peut donner comme résultat. De là on peut intervertir les végétaux entre eux, et c’est après qu’on les plante définitivement, les arbustes en premier, puis les vivaces et les annuelles en dernier lieu. Recouvrir le tout de paillis de pruche ou de cèdre et arroser périodiquement.

Horticulture - Homéopathie | © mentions légales