Bricoleurs.Tv » Jardin et espaces verts » Plantes vertes » L’eléagnus

L’eléagnus, un arbre au feuillage bicolore très décoratif

S’entretenant facilement, l’eléagnus est une plante possédant un feuillage persistant doré ou argenté. Elle est particulièrement robuste et esthétique. D’un éclat incomparable, l’eléagnus se distingue par son feuillage argenté ou panaché. Il fleurit en automne et exhale un parfum agréable attirant les abeilles.

L’eléagnus

Originaire d’Asie, l’eléagnus est une plante de la famille des éléagnacées se déclinant en une quarantaine d’espèces. Les deux principales variétés sont celles à feuilles panachées et argentées pouvant être caduques ou persistantes. L’arbuste peut atteindre une hauteur de 4 mètres et résiste à un climat assez rude, aux diverses maladies et aux insectes nuisibles.

Les variétés communes d’eléagnus

Les variétés d’eléagnus les plus utilisées pour la décoration de jardin sont le gilt edge dont les feuilles lustrées sont d’un vert sombre et bordées d’un jaune doré, ainsi que le limelight à feuilles panachées et possédant une dorure centrale. Les eléagnus d’ornement et possédant un feuillage panaché sont le dicksonii, le maculata, le variegata, le hague, le silver lining et le multiflora. L’angustifolia ou olivier de bohème, à feuilles longues grises et argentées, est planté pour servir de haies brise vent. L’ebbingei convient pour clôturer un domaine et le pungens est prisé pour la densité de son feuillage. Les haies en bord de mer peuvent être constituées d’escallonia, de griselinia, de glearia ou de tamari.

revenir en haut

Le sol favorable à la plantation de l’eléagnus

L’eléagnus s’adapte à un sol assez pauvre mais bien drainé. Il ne peut pousser sur un terrain humide contenant une forte proportion de calcaire. Le sol idéal doit être sablonneux, d’un pH neutre ou peu acide, légèrement humide et au mieux une terre de bruyère riche en compost ou en humus.

revenir en haut

Planter l’eléagnus

L’eléagnus de préférence acheté en pot peut être planté pendant toute l’année. La meilleure saison de mise en terre est l’automne durant laquelle la température est douce. L’intervalle entre les plants varie généralement d’un mètre à 3 m, mais pour former une haie, il est conseillé d’espacer les pieds de 80 cm. L’eléagnus supporte une forte exposition au soleil et une plantation en zone ombragée. Cependant, une insuffisance de lumière favorise la chute des feuilles.

revenir en haut

L’entretien de l’eléagnus

Afin d’obtenir une meilleure ramification, il est préférable de tailler l’eléagnus en hiver et d’effectuer un apport en fumure au printemps. L’eléagnus étant très résistant aux maladies et aux insectes, certaines espèces telles que l’ebbingei sont assez vulnérables à la cochenille. Ce parasite suçant la sève en se fixant sur les feuilles et sur les tiges et provoquant son dépérissement est à éliminer à l’aide d’un insecticide à base de malathion. L’ebbingei peut être attaqué par la maladie de corail provoquée par un champignon desséchant les rameaux et favorisant l’apparition de pustules rouges orangées sur les tiges mortes. Les rameaux malades sont à sectionner, isoler et incinérer dès la première constatation.

revenir en haut

Multiplier l’eléagnus

L’eléagnus donne en automne de petites fleurs discrètes, parfumées et d’un blanc argenté ou jaune crème. Les fruits sont d’un rouge vermeil et ne sont pas comestibles à l’exception de ceux de la variété angustifolia. Pour la multiplication, les graines doivent être placées en hiver, dans du sable humide pendant trois mois. Les graines mûres sont à semer sur des parterres, au printemps ou dans de petits pots. L’eléagnus peut pousser en bouture en mai, en juin et en septembre. L’angustifolia peut se multiplier par bouture des racines. L’eléagnus produit des rejets et des drageons et peut être installé dans un bac, sur le balcon.

Horticulture - Homéopathie | © mentions légales