Bricoleurs.Tv » Jardin et espaces verts » Les rosiers » L’entretien de vos rosiers

Entretenir des rosiers : indispensable pour avoir de belles fleurs et assainir votre jardin

Quel que soit le type de rosiers (rosiers tiges, rosiers pleureurs, rosiers grimpants, etc.), une fois plantés ils ont besoin d’un entretien permanent pour qu’ils puissent donner de belles fleurs. Désherbage, binage, amendement du sol, taille ... autant de soins qui rendront vos rosiers plus vigoureux et leurs fleurs plus belles.

L’entretien de vos rosiers

La plantation des rosiers à racines nues et des mottes commencent à la fin de l’automne et se termine avant le début du printemps. Pour les conteneurs, leur plantation peut se faire à longueur d’année à condition que la terre ne soit trop sèche ni trop dure. L’entretien habituel des rosiers comme l’arrosage et l’élimination des fleurs fanées alliée à l’entretien périodique comme la taille ou l’apport d’engrais permet de réduire les risques de maladies et d’optimiser la floraison. Il commence dès l’automne suivant la plantation afin de protéger les rosiers du froid.

Les dispositions à prendre juste après la plantation

Durant l’automne qui suit immédiatement la plantation, il faut butter le rosier en vue de l’hiver. Pour ce faire, protégez le point de greffe en le couvrant de tourbe ou de terre, réalisez une butte de 15 cm autour de la plante. Ensuite, éliminez les branches mortes et coupez les fleurs fanées. Au printemps, pour préserver l’humidité et limiter la croissance des mauvaises herbes, étalez une couche d’écorce de pin de 5 cm d’épaisseur environ autour de chaque pied de rosier après avoir enlevé les buttes. Quand les jeunes pousses atteignent 20 cm, amendez le sol avec un engrais liquide ou un engrais coup de fouet pour les rendre plus énergiques et pour optimiser la floraison. Enfin, arrosez généreusement et régulièrement.

revenir en haut

La taille des rosiers

Pour la taille des rosiers, utilisez un sécateur. On ne taille les rosiers qu’une fois par an, habituellement au mois de mars, les nouvelles fleurs étant produites par les nouvelles pousses. La taille de novembre à l’entrée de l’hiver ne doit porter que sur les branches mortes et les feuilles fanées. Taillez les rosiers de façon à ne garder que les rameaux sains. Eliminez les branches mortes, les gourmands et les petites branches chétives. La taille doit se faire en biseau à quelques millimètres au-dessus du bourgeon.

Pour les rosiers buisson, miniature et tige, gardez environ 5 branches principales en privilégiant les jeunes plants. Taillez à hauteur de 15 à 20 cm et pensez à dégager le centre de la plante. Pour la taille des rosiers grimpants qui fleurissent plusieurs fois dans l’année et les rosiers pleureurs, ne touchez pas aux quelques branches qui vont former l’armature du rosier. Pour les branches latérales, enlevez entre 30 et 40 cm.

Retenir que la taille des rosiers grimpants non remontants qui ne fleurissent qu’une fois dans l’année se fait après la floraison. Evitez donc à tout prix de les tailler au mois de mars sous peine de ne pas avoir de fleurs. Gardez les branches principales et pour les branches latérales, taillez en conservant 2 bourgeons. Pour les rosiers anciens, évitez la taille systématique. Coupez uniquement les branches mortes ou qui sont en surnombre. Pour les rosiers arbustes et couvre-sols, attendez 3 ans après la plantation avant de les tailler. Repliez les compléments. Laissez passer 3 années avant de renouveler l’opération.

revenir en haut

Quelques conseils pour des rosiers sains et vigoureux

Quand vous arrosez vos rosiers, évitez de mouiller les fleurs et les feuilles. Procédez à un binage mensuel entre mars et septembre pour briser la croûte de terre qui s’accumule à la surface du sol. C’est une opération qui assure une bonne aération du sol et une meilleure infiltration de l’eau d’arrosage jusqu’aux racines. Quant au désherbage, il est primordial pour éviter les maladies. Par ailleurs, éliminez les mauvaises herbes et les feuilles mortes ou malades qui sont tombées. Pour ne pas épuiser inutilement la plante, enlevez systématiquement les feuilles fanées pour optimiser la floraison et empêcher la production de fruits. La fertilisation se fait au printemps et pour cela, utilisez un engrais soluble ou en granulés que vous étalerez à la surface. Ensuite, binez légèrement pour que la terre et l’engrais soient bien mélangés. Evitez absolument le surdosage pour ne pas risquer de tuer le rosier. Sachez qu’une poignée d’engrais par pied suffira largement. Si vos rosiers poussent dans votre résidence secondaire, privilégiez un engrais à action lente.

Si malgré vos précautions, vos rosiers sont contaminés par une maladie ou envahis par les parasites ou les insectes, pensez d’abord aux différentes méthodes naturelles pour les traiter avant d’utiliser des produits chimiques. Pour les cochenilles par exemple, si l’invasion n’est pas trop importante, contentez-vous de nettoyer les parties infectées avec du coton imbibé d’alcool. Vous pouvez également utiliser un mélange à faible dose de liquide lave-vaisselle et d’alcool que vous vaporiserez sur les parties atteintes. Pour les pucerons, une fois les parties contaminées localisées, il suffit de nettoyer la plante avec de l’eau savonneuse. Si cette méthode échoue ou si la surface infectée est assez étendue, vaporisez un mélange d’eau savonneuse et de pyrèthre sur le rosier et les plantes environnantes.

Enfin, pour la rouille, une maladie qui se manifeste par des taches jaunes au niveau des feuilles, utilisez un fongicide à raison d’un traitement toutes les trois semaines. L’oïdium provoque un blanchissement du feutrage près des bourgeons et au niveau des tiges et il faut intervenir dès le début de la maladie en pulvérisant régulièrement. La plus grave des maladies des rosiers reste le pourridié qui entraîne un dessèchement puis la mort du rosier. Arrachez le rosier contaminé puis changez la terre avant de replanter.

Horticulture - Homéopathie | © mentions légales