Bricoleurs.Tv » Jardin et espaces verts » Les Fruits du Jardin » Les Fruits Rouges

Planter un arbuste à fruits rouges et l’entretenir

Les arbustes à fruits rouges sont, selon les espèces, différents tant sur leur mode de multiplication que sur le type de sol qu’ils affectionnent. Ces petits arbres fruitiers doivent également bénéficier d’un entretien rigoureux et régulier pour être vigoureux et donner de beaux fruits. Entre la taille et la fumure, les fruits rouges doivent être soigner particulièrement car ils sont exposés à différents parasites et maladies qui ravagent les plantations. Les fruits rouges sont des petits fruits à la saveur délicate, et sont très appréciés en pâtisserie.

Les Fruits Rouges

Nombreux sont les types de fruits rouges si on ne cite que le framboisier, la canneberge, le fraisier et le cassissier. Chacun de ces fruits possède des techniques de plantation et d’entretien spécifiques et chaque technique doit être mise en oeuvre en suivant différentes étapes.

Le framboisier

Le framboisier est un arbuste dont le tronc souterrain porte en même temps les racines et le système aérien. Sa racine est vivace bien que ses pousses ne vivent que deux ans. Les rameaux atteignent leur taille maximale dans leur première année et meurent l’année suivante. Les pousses se développent soit sur les bourgeons situés sur les vieilles pousses soit sur ceux des racines. Le framboisier produit des drageons à ces deux niveaux et remplit très vite la rangée de fruits. Le framboisier existe en deux variétés qui se différencient par leur mode de fructification. En effet, le framboisier normal donne des fruits uniquement en été. Les rameaux meurent et les nouvelles pousses prennent la relève. Si le framboisier est remontant, il donnera une première récolte à l’automne et une autre l’année suivante. Le framboisier apprécie particulièrement un sol acide ou calcaire ou des sols humifères et légers. Cependant cet arbuste ne supporte pas la chaleur excessive ou l’humidité de l’hiver. Par ailleurs, les sols lourds et argileux ne favorisent pas la croissance et la fructification du framboisier. Cultivez votre framboisier à un endroit préalablement débroussaillé et débarrassé des plantes vivaces et des mauvaises herbes comme le chiendent et le chardon. Creusez un trou de 20 cm de profondeur, large de 40 cm. Laissez l’hiver se charger de la dispersion des mottes de terre. Apportez du fumier composté composé de terreau volcanique et de poudre de corne. Choisissez un endroit ensoleillé et un sol sablonneux et enrichi en matières organiques. Attention toutefois à ne pas tremper les racines qui risquent de mourir d’un excès d’eau. Ne plantez pas le framboisier à proximité des plantations de fraises, d’aubergines, de pommes de terre ou de tomates. Les maladies de ces plantes pourraient le contaminer. Coupez les pousses qui ont déjà porté les fruits. Généralement ces branches ont une écorce rugueuse. Taillez les pousses qui restent à 40 cm de hauteur pour obtenir une future fructification plus abondante. Supprimez les tiges malingres ou malades ou excédentaires pour aérer l’arbrisseau. En ce qui concerne les framboisiers remontants, suivez les mêmes directives que la taille des framboisiers normaux. En outre, taillez les extrémités qui ont produit en dessous de l’emplacement de la première fructification. En hivers, engraissez la terre avec du compost jeune, qui sera intégré à la strate superficielle du sol. La mesure sera à peu près une pelletée par mètre sur la rangée. Ameublissez la terre au printemps et en été et enlevez les mauvaises herbes par des sarclages réguliers. Vous pouvez ajouter du nitrate d’ammonium à une dose de 6 à 12 grammes par mètre carré pour accélérer la décomposition du compost. Evitez de répandre de la sciure de thuya ou de la pruche. Faites régulièrement des vaporisations de purin d’orties qui forme un généreux engrais et un excellent stimulant foliaire. Arrosez deux fois après la récolte s’il ne pleut pas pour stimuler la croissance des jeunes rameaux gages de la prochaine récolte. Le ver de la framboise est le principal ennemi du framboisier à part les pucerons et les acariens. Ce coléoptère gris-brun de 5mm pond ses œufs sur les étamines et le pistil des fleurs en juin et juillet. Les larves nées de ces œufs dévorent les fleurs et les fruits. Traitez le framboisier au pyrèthre naturel au début de la floraison. Il est préférable de procéder le soir.

revenir en haut

La canneberge ou cranberry

La canneberge est un arbuste vivace qui aime pousser dans les tourbières acides des zones froides. On la reconnaît par des branches minces et rampantes pouvant atteindre 80 cm de longueur. Ses fleurs sont de petite taille, de forme ovale et de couleur rose et ses baies sont rouges. Il est difficile de cultiver la canneberge car elle exige beaucoup d’eau pour protéger les bourgeons durant le gel. Au printemps, déposez 4 cm de sable sur la glace qui entoure le pied de la canneberge qui commence à donner ses premiers fruits dès sa quatrième année de croissance. Pour que la canneberge pousse dans les meilleures conditions, le pH du sol doit être acide de l’ordre de 4 à 5. Elle doit également être arrosée copieusement pour conserver la santé de ses racines.

revenir en haut

Les fraisiers

Les fraisiers sont des plantes vivaces proches des légumes sur le plan de la culture mais s’apparentant plutôt à des arbres fruitiers quant à leur production. Les fraises existent en plusieurs variétés qui poussent à la fois à l’état sauvage et dans les jardins. Les fraisiers se multiplient elles-mêmes par le marcottage des stolons. Cette plante souffre durant les gelées tardives mais s’adapte à tous les types de sol. Cependant, il est conseillé d’apporter de l’engrais phospho-potassique et de la nitrate de soude. Les pucerons, les acariens, les vers blancs et les vers gris, les courtilières et les taupins sont les principaux parasites qui dévastent les champs de fraisier. En cas d’oïdium, pulvérisez un fongicide spécifique. En cas de dégradation des fraises due à la virose, remplacez directement les plantes. L’anthonome perfore les boutons des fleurs et les femelles se nourrissent du pédoncule de la fleur. Luttez contre cet insecte en détruisant les boutons ou traitez le fraisier avec du pyrèthre naturel.

revenir en haut

Le cassissier

Les cassissiers n’aiment pas les endroits trop exposés au soleil. Ils grandissent jusqu’à 150 cm s’ils sont cultivés dans une terre humifère et bien drainé. Plante vivace et rustique, on peut les multiplier par bouturage en automne. On procède à deux différentes tailles en général. En premier lieu, la taille de formation consiste à rabattre les tiges pour renforcer les souches et favoriser le départ des nouveaux rameaux, à la fin de la première année de croissance. A partir de la deuxième année, vous pouvez trier six pousses annuelles parmi celles qui sont les plus robustes pour faire office de tiges principales. Taillez ces branches aux deux tiers de leur longueur pour stimuler la croissance de nouvelles tiges. Ensuite, il y a la taille d’entretien : les fruits se trouvant principalement sur les branches de un et deux ans, la taille consistera à couper le vieux bois âgé de trois ans et plus directement sur la base. La reconduction de ces branches âgées de plus de trois ans se fera en choisissant les nouvelles branches nées de la souche, rabattues à plus de la moitié de leur longueur. Conservez au moins dix charpentières avec trois pousses annuelles sur chacune d’elles. Une fertilisation équilibrée améliore la végétation et les récoltes. Etant une plante acidophile, le cassissier est sensible au surplus de calcaire, aux manques en potasse et à un mauvais équilibre des oligo-éléments comme le bore ou le zinc. Ajoutez de la fumure foliaire à base de manganèse et de fer si le Ph du sol dépasse 7,5.

Horticulture - Homéopathie | © mentions légales