Bricoleurs.Tv » Jardin et espaces verts » Les Fruits du Jardin » Les fraisiers

Tout le savoir-faire du jardinier sur la culture du fraisier, pour obtenir des fraises de qualité

Le fraisier est une plante résistante, à tige courte, aux feuilles dentelées laissant apparaître des fleurs à pétales blancs entourant un « cœur » jaune. Il donne des fruits rouges et charnus, appelés fraises, qui se mangent cuits comme dessert ou en confiture, ou crus et peuvent être conservés 3 à 5 jours entre 0 et 1° au réfrigérateur. Le fraisier poussent bien sur les sols limoneux et les sols sablo-limoneux mais s’adaptent également aux autres types de sols pourvus qu’ils soient perméables, humides et bien drainés. Cette plante utile résiste en hiver jusqu’à une température de -25°C car elle est en période de repos. Mais en période de floraison, durant le mois de mai généralement, sa fleur peut être détruite par les gelées. Pour avoir les plants à mettre directement en terre ou à empoter, on utilise des « stolons » achetés dans le commerce, obtenus naturellement ou par la culture in vitro, qu’on met à la volée en pépinière.

Les fraisiers

Selon la taille des fruits, on distingue deux groupes de fraisiers : les fraisiers à petits fruits appelés fraisiers des quatre saisons qui donnent leurs fleurs à partir du mois de mai au mois d’octobre et les fraisiers à gros fruits dont ceux dits « remontants » qui fructifient du printemps à l’automne, les « non-remontants » qui produisent des fruits une fois au printemps, et les « semi-remontants » qui fleurissent deux fois au printemps et en automne.

Le schéma de production des fraises

Trois sortes de cultures sont généralement pratiquées : la culture en plein air, celle en serre et une autre sous plastique. Chacune d’elles utilise diverses techniques culturales et différentes dates de plantation pour des dates de récoltes spécifiques. En plein air, on plante entre fin juillet et la mi-août pour une récolte entre le 20 juin et le 10 juillet de l’année suivante. On peut utiliser en plein air la technique culturale retardée avec des plants gardés au frigo qu’on plantera de fin mai à mi-juillet pour récolter entre le 20 juillet et début octobre. En culture en serre, pour une plantation déjà réalisée entre novembre et décembre, lorsque l’enceinte est chauffée début janvier, ou chauffée en février, ou encore non chauffée, on obtient les récoltes respectivement du 15 mars au 10 mai, du 20 avril au 1er juin et du 10 mai au 8 juin. En culture sous plastique, des plants mis en terre entre septembre et octobre sous serre tunnel donnent des fraises du 15 mai au 15 juin, tandis qu’une plantation réalisée début août en petit tunnel permet une récolte entre le 25 mai et le 25 juin. Enfin, en utilisant la technique du plastique perforé, en plantant début août, on récolte du 1er juin au 30 juin.

revenir en haut

Les précautions en fonction des techniques culturales utilisées

Généralement l’entretien concerne le sol, l’arrosage, la protection des plantes et la récolte. Avant de mettre les plants en terre, placez d’abord un plastique noir qui absorbera la chaleur et empêchera les adventices. Le système de culture choisi déterminera la largeur des bandes de plastique qui doivent être séparées par des chemins de terre nue afin de permettre la bonne absorption d’eau. Evitez de mettre le plastique sur du sol desséché. Si les gelées arrivent pendant la floraison des fraisiers, il faut arroser en dessous de 0°C en culture. En fin de floraison, placez de la paille entre les grappes et le plastiques pour empêcher la brûlure des fraises en été. On procède à la récolte à la main, le tri et le conditionnement en ravier plastique se font directement dans le champ en minimisant les contacts.

revenir en haut

Les soins en fonction des techniques culturales utilisées

Pour la culture en serre, on peut utiliser des plants gardés au frigo afin de contourner les mauvaises conditions climatiques. Il faut faire analyser le sol car le fraisier ne supporte pas les sols à forte salinité, un état qui est corrigé par un arrosage abondant avant de planter. Désinfectez le sol au bromure de méthyle, couvrez-le avec du plastique noir en laissant 50 cm entre les bandes de plastique et 30 cm entre les plants. Arrosez et irriguez le sol, puis éclairez si vous choisissez de chauffer en janvier. Le chauffage débute entre 5 à 7°C la nuit et 15°C les jours sombres, environ 23°C pour les jours ensoleillés, ensuite quand il y a eu un bon enracinement, on passe à un chauffage de nuit de 10 à 12°C. Veillez à ombrager la serre pour maintenir la température en dessous des 30°C. En floraison, asséchez l’air en aérant fréquemment la serre et éliminez les feuilles sèches pour éviter les nids d’infection.

Pour la culture en serre tunnel plastique, les soins sont les mêmes que précédemment, mais à la différence qu’on ne chauffe pas, on veille à ne pas dépasser les températures indiquées précédemment en serre sous verre. Vous avez le choix entre planter début août avec un tunnel couvert en février, ou planter directement entre septembre et octobre. Pour la culture en petit tunnel plastique, vous devrez planter début août. Soit on respecte une ligne large d’un mètre avec un espacement de 25 cm entre les plants mis en terre, soit on plante sur deux lignes distantes de 30 cm en laissant 40 cm d’espace entre les plants. Couvrez les plantes par temps ensoleillé fin février et début mars. Entretenir régulièrement la culture et aérez en début de floraison.

Pour la culture sous plastique perforé, posez du plastique perforé sur les fraisiers fin février et début mars. Arrosez régulièrement pour éviter le gel de nuit. Retirez le plastique dès la floraison. Enfin, pour la culture en plein air, il faut veiller à planter sur du plastique noir : les plants sont à mettre en terre en planches de 4 lignes espacées de 40 ou 50 cm en respectant 25 cm et pensez ensuite à tasser légèrement le sol.

revenir en haut

Les maladies et parasites du fraisier et leurs remèdes

Les principaux parasites du fraisier lui occasionnent des maladies virales. Ce sont entres autres les anguillules qui déforment les différentes parties du fraisier et les pucerons qui freinent la croissance des plantes. Par ailleurs, on observe pour le moment deux cas de pourriture du fraisier : la pourriture du collet qui flétrit soudainement le fraisier et la pourriture grise qu’on reconnaît par un duvet grisâtre qui recouvre les fraises atteintes. L’oïdium est un champignon parasite qui se reconnaît par une poudre blanchâtre sur les fruits et sur la face intérieure des feuilles du fraisier. Les plants atteints par la virose doivent être impérativement remplacés et les fruits touchés par la pourriture grise doivent être détruits.

Pour éviter ces parasites et maladies, il faut pulvériser sur les fraisiers du fongicide dinocap pour éloigner l’oïdium. Un fongicide naturel est le lait écrémé, en diluer un litre dans 9 litres d’eau puis pulvériser ce mélange sur les fraisiers. Pour éviter la pourriture du collet, planter les fraisiers sur des buttes, loin des eaux stagnantes. Désinfecter le sol au dazomet, pratiquer la rotation des cultures et utiliser des plants sans nématodes permettent de lutter contre les anguillules. Utiliser un insecticide comme le diméthoate pour éloigner les pucerons. Planter des espèces résistantes au froid, aérer et éliminer les déchets autour des fraisiers en serre ou pulvériser au bénomyl pour prévenir la pourriture grise.

Horticulture - Homéopathie | © mentions légales