Bricoleurs.Tv » Jardin et espaces verts » Les Fleurs du Jardin » Orchidées Phalaenopsis

Le phalaenopsis, une magnifique orchidée aux mille couleurs

De tout temps, l’orchidée fut considérée comme une plante noble bien plus qu’une simple plante ornementale. L’une des plus appréciées est sûrement le phalaenopsis dont la vigueur et la rusticité lui permet une plantation et un entretien assurément plus faciles.

Orchidées Phalaenopsis

Il existe aujourd’hui près de 30 000 variétés d’orchidées dont nombreuses sont des hybrides créés ayant donné naissance à plus de 300 genres. Parmi ces genres, le phalaenopsis aussi appelé orchidée papillon reste l’un des plus réputés autant par la beauté de ses fleurs que par sa grande longévité et sa facilité d’entretien. En effet, celles-ci peuvent durer jusqu’à six semaines selon l’entretien qu’on lui a fourni. Bien qu’il soit épiphyte de nature, c’est-à-dire qu’il se fait supporté par une autre plante, il peut facilement être élevé en pot. Cela est dû essentiellement au fait qu’il ne se nourrit pas de son tuteur. Pouvant atteindre une hauteur de 60 cm, c’est également une plante monopodiale, ce qui signifie qu’il est à tige unique dont les fleurs émergent directement du sol grâce à une hampe florale. Une autre caractéristique du phalaenopsis est que certaines espèces fleurissent toute l’année avec un feuillage vert persistant assez charnu, autant en été qu’en hiver. Par ailleurs, on estime que sa durée de vie peut aller de 70 à 100 ans.

Comment faire pousser un phalaenopsis ?

Comme la grande majorité des orchidées, le phalaenopsis doit être placé à une température ambiante avoisinant les 18 à 20°C pour pouvoir proliférer. Par ailleurs, il a aussi besoin de lumière bien qu’une exposition directe aux rayons du soleil soit fortement déconseillée. L’idéal serait de le faire bénéficier du doux soleil matinal à travers les vitres d’une fenêtre ou d’une serre aménagée. Originaire du sud-est de l’Asie, le phalaenopsis s’adapte assez facilement aux variations de température et aux changements climatiques. Toutefois, un environnement assez humide et aéré favoriserait la longévité de sa floraison ainsi que son renouvellement. En ce sens, la fraîcheur d’une véranda ou l’ombre d’un arbre peut constituer un environnement plus ou moins adéquat tant que la température ne descend pas trop rapidement. Précisons que dans un environnement inadapté, la floraison du phalaenopsis est quasiment impossible. Quant au sol, favoriser toujours un PH neutre et un taux de calcaire moindre pour permettre un développement rapide. Le polystyrène et les écorces de pin constituent un bon substitut de la terre ainsi qu’une rétention d’eau appropriée.

revenir en haut

Comment rempoter un phalaenopsis ?

En règle générale, le phalaenopsis ou orchidée papillon nécessite un rempotage d’au moins deux fois dans l’année, lorsque son contenant commence à devenir trop étroit. Du fait de la grande fragilité des racines de cette plante, cela reste une opération délicate. D’ailleurs, il faut éviter de couper les racines au moment du rempotage qui se pratique généralement au mois de mai et ce, uniquement, s’il n’est pas dans sa phase de floraison. Du gravier et des billes d’argile humides au fond du pot faciliteront la réadaptation de l’orchidée à son nouveau milieu. Pour favoriser sa croissance, des écorces de pin peuvent être rajoutées au terreau outre l’engrais spécial utilisé pour les orchidées. Un substrat à base de mousse permet également de retenir l’eau. Par ailleurs, la multiplication de l’orchidée papillon se fait en prélevant directement des keikis ( sortes de plantule qui se forme sur la hampe centrale) lors leur formation pendant l’automne ou le printemps. Dès que les racines du keiki atteignent une certaine longueur, 5 cm dans la plupart des cas, il peut être prélevé et mis en pot directement en procédant de la même manière que pour un simple rempotage. Pour le choix du pot, sa dimension reste le facteur le plus important. On conseille généralement de choisir un pot dont la dimension est au trois quart de la taille de la plante car un pot trop large favoriserait une rétention d’eau et d’engrais qui peuvent finir par étouffer les racines des plantes. La préférence va spécialement au pot en plastique pour les phalaenopsis.

revenir en haut

Comment arroser un phalaenopsis ?

L’une des conditions incontournables pour un bon entretien de l’orchidée, comme pour toutes les plantes d’ailleurs, est l’arrosage. Pour ce qui est du phalaenopsis en particulier, l’arrosage doit se faire avec une eau dont le taux de calcaire est moindre telle que l’eau minérale. Variant selon les saisons, un arrosage régulier est recommandé en été et au printemps à raison de deux à trois fois par semaine tout en veillant à ne pas laisser de l’eau stagnée car cela pourrait faire pourrir les racines. Néanmoins, pour le cas ou cela arriverait, un rempotage est nécessaire en enlevant par la même occasion les racines pourries. On recommande aussi souvent de vaporiser le feuillage avec de l’eau quotidiennement pour éviter le dessèchement rapide des feuilles à cause de la chaleur. Il faut cependant veuiller à ne pas vaporiser les fleurs. Il arrive que des racines débordent du pot, dans ce cas-là, il est aussi recommandé de vaporiser ses dernières. Pendant la saison hivernale, un arrosage effectué deux à trois fois tous les mois est largement suffisant et il n’est pas nécessaire de vaporiser les feuilles. Quant à l’utilisation de l’engrais pour l’entretien de la plante, elle se fait généralement entre le mois de mai et le mois de septembre. Pendant cette période, l’utilisation de l’engrais tous les 15 jours est fortement conseillée. Il existe de nombreux engrais spécialement conçu pour les orchidées. Il faut généralement les choisir en fonction de ses composants et de la facilité de son utilisation. Quant à sa taille, elle se fait après la floraison. On coupe généralement la cime de la hampe juste au dessus du nœud ou du premier bourgeon. Le troisième œil à partir du bas est aussi un bon point de repère. Elle se fait généralement au moment où la hampe et la fleur commencent à se dessécher, pour permettre le développement d’une nouvelle hampe sur cette dernière.

Horticulture - Homéopathie | © mentions légales