Bricoleurs.Tv » Jardin et espaces verts » Les Fleurs du Jardin » Les Géraniums Vivaces

Une forme de géranium à planter directement en terre

Les géraniums vivaces sont très appréciés, non seulement pour leur touche décorative à la floraison et en automne, mais aussi parce qu’en tant que vivaces, ils ne demandent pas un renouvellement annuel comme les autres espèces saisonnières. Par contre, leur entretien réclame quelques attentions particulières afin de préserver les massifs pour la floraison suivante. La diversité des espèces de géraniums vivaces permet de distinguer les géraniums de massif (dont le geranium dalmaticum), les géraniums de bordure (dont le geranium macrorrhizum) et les géraniums de rocailles (dont le geranium magnificum). Toutes ces variétés se plaisent en plein soleil et dans un sol drainé et frais. La plantation de ces rustiques s’effectue par « division », par semis, par bouturage ou par transplantation.

Les Géraniums Vivaces

C’est au printemps et à l’automne que les jeunes pousses de géraniums s’étalent sur les rayons des commerçants. Les semis s’effectuent de préférence au printemps afin de profiter d’une température chaude mais douce, favorable à la germination. Mais d’autres procédés de multiplication peuvent également être pratiqués. L’entretien des géraniums vivaces nécessitent un bêchage et une taille de floraison réguliers pour leur conférer une meilleure longévité.

Plantation et multiplication des géraniums vivaces

Pour la plantation des géraniums vivaces, choisissez un emplacement bien ensoleillé tout au long de la journée, avec un sol bien drainé. La multiplication par division se fait en automne. Sur les plants durs et volumineux, la séparation se fait à la bêche. Ne récupérez que les tiges les plus à l’extérieur, car étant les plus jeunes, elles auront plus de chance d’être réimplantées. La transplantation se fait avant l’arrivée des premières gelées de l’hiver. Pour les semis, procédez au printemps, saison à laquelle la température est la plus clémente pour la germination. Semez les graines en pleine terre, enrichie de terre de bruyère. Selon vos exigences (massifs, bordures…), effectuez un semis « en ligne » ou « en poquet ». Les boutures se font surtout en été. Prélevez des fragments de 5 centimètres en moyenne et prenez soin de retirer les petites écailles au niveau de l’implantation des feuilles. Ces écailles, appelées également stipules, ne survivent pas une fois le fragment prélevé et favorisent la mort du fragment.

Les géraniums de bordure et de massif sont représentés par plusieurs espèces se différenciant surtout par leur période de floraison. Le géranium cantabrigiense est une espèce qui donne aux mois de mai et de juin des fleurs rose-lilas. C’est également une espèce qui fait très bien office de couvre-sol puisqu’elle ne dépasse pas les 25 centimètres. Sur un terrain ensoleillé, sa multiplication donne assez vite des jeunes pousses, par semis ou en divisant les touffes mères. Le géranium sanguineum, un peu plus haut, se prête très bien aux talus et aux bordures. Dans un milieu de culture idéal (mi-ombre ou terrain ensoleillé), sa floraison peut durer 5 mois, du mois de mai au mois de septembre. Le géranium macrorrhizum, en plus de ses fleurs d’un rose plus soutenu, offre un feuillage teinté de roux en automne. Sa culture se fait en divisant les touffes mères, ou par semis, toujours au printemps. Cette espèce fait un excellent couvre-sol ou des massifs réguliers. L’espèce Johnson’s blue est très appréciée car elle est très florifère, même sur sol ordinaire. L’arrosage doit être régulier pour maintenir l’humidité du sol sans chercher à le détremper. La saison de culture se fait également au printemps, mais il faut patienter vers le mois de juin ou de juillet pour profiter de sa floraison. Cette espèce est généralement réservée aux massifs de par sa régularité. La variété magnificum, plus onéreuse, est l’espèce utilisée pour les plates-bandes. Elle fleurit en été et affectionne les zones ensoleillées. L’arrosage se joue plus sur la fréquence que sur la quantité.

Une remarque particulière pour les plants en pot qui devront être placés dans une zone abritée, à mi-ombre. Il est également possible d’envisager d’enterrer les pots pour ne laisser transparaître que le pied. Une fois l’endroit choisi, creusez un large trou pour recevoir tous vos pots. Regroupez vos pots dans le trou et recouvrez de tourbe, remplissez bien les espaces entre les pots, jusqu’à leur hauteur. Arrosez généreusement la tourbe jusqu’à ce qu’elle soit saturée. Pour favoriser l’apparition des nouveaux boutons de fleurs, retirez ceux qui sont déjà sur le point d’éclore.

revenir en haut

Soins et entretien des géraniums vivaces

Dès l’apparition des jeunes boutons floraux, enrichissez le sol avec de la fumélite, du compost enrichi. Utilisez 500 grammes par mètre carré. A défaut, de l’engrais universel fera l’affaire. Préférez la « fourche bêche » à la bêche plus petite et plus simple à manier, ses dents épargneront les racines. Dès les 5 semaines précédant la floraison, effectuez un « pincement ». C’est un procédé qui consiste à raccourcir les tiges de 4 centimètres en moyenne au niveau de sa partie supérieure. La croissance en hauteur de la tige est supplantée par des ramifications latérales : plus de nouvelles pousses veut dire plus de fleurs. Les géraniums se plaisent partout, en particulier dans les rocailles. Parfois même, ils se « ressèment » dans les graviers. Avant de désherber votre allée de graviers, vérifiez qu’elle ne renferme pas quelques pousses précieuses de géraniums, parfois aussi des pousses de népetas ou des roses trémières… que vous pourrez repiquer dans vos plates-bandes ou vos massifs. N’hésitez pas à jouer sur les décalages de floraisons et la possibilité d’une coloration automnale entre les espèces pour avoir des massifs et des bordures fleuris tout au long de l’année, ou presque. Le parfum des géraniums est un répulsif naturel contre les moustiques, alors n’hésitez pas à en planter sur vos balconnières ou près de vos fenêtres.

Horticulture - Homéopathie | © mentions légales