Bricoleurs.Tv » Jardin et espaces verts » Les Fleurs du Jardin » La Bignone

Réussir la culture de la bignone grâce à une bonne exposition au soleil

La bignone est particulièrement indiquée pour orner une façade, un abri de jardin, un mur aveugle, une grande clôture, une pergola et même un gros tronc d’arbre. Mais à défaut de support, la bignone peut très bien constituer un magnifique couvre-sol. Elle peut vivre quelques années dans un grand bac mais son épanouissement sera limité.

La Bignone

La bignone peut être plantée en haie ou pour composer un buisson à condition des la tailler sévèrement. La plantation d’une bignone le long d’un mur exposé au nord est formellement déconseillée sauf peut-être dans les régions méditerranéennes sous peine d’absence de floraison. La bignone se développe assez vite à raison de un mètre par an, la plante adulte peut mesurer plus de 10 mètres.

Bien planter la bignone

La bignone apprécie les sols bien drainés et qui gardent une certaine fraîcheur en été. Elle tolère les sols calcaires et même les sols argileux à condition d’alléger ces derniers avec du sable grossier lors de la plantation. Elle doit être plantée dans un endroit bien ensoleillé et protégé des vents. Au printemps, creuser un trou assez profond, placer au fond une couche de drainage faite de morceaux de tuile ou de graviers par exemple. Installer la motte en l’inclinant vers le futur support. Combler le trou avec de la terre de jardin mélangée à un peu de terreau.

Maintenir une bonne fertilisation en début de croissance au moyen d’un engrais pour rosier ou pour arbuste. Mettre un paillis au pied du jeune plant, utiliser de préférence des coques de cacao ou du mulch d’écorce. L’arrosage doit être régulier mais raisonnable pour éviter une surabondance de feuilles au détriment des fleurs. La bignone commune développe des crampons qui lui permettent de se développer sans aide le long d’un support, à condition que ce dernier présente assez d’aspérités pour que les crampons puissent se fixer. Mais, il est plus judicieux d’installer un treillage ou de poser quelques fils tendus pour aider la bignone dans sa croissance, du moins pendant les premières années de plantation.

En général, la bignone ne donne pas de fleurs la première année de plantation, et il arrive même que la floraison ne survient que vers la cinquième année si le jeune plant manque de réserve. La période de floraison court de juillet à octobre. L’absence de fleurs au bout de quelques années peut être due à plusieurs facteurs : sol trop riche en azote, exposition au soleil insuffisante, variété de bignone qui ne fleurit qu’à la fin de sa croissance (10 ans ou plus). Lors de l’achat du jeune plant, opter pour une variété greffée qui fleurit assez rapidement.

revenir en haut

Comment entretenir la bignone ?

Si on laisse la plante se développer sans taille, elle va devenir très vite envahissante. La taille doit se faire en février ou mars. Toujours utiliser un sécateur préalablement désinfecté à l’alcool. Eliminer les branches mortes et faibles. Couper les branches de l’année précédente en ne gardant que deux à trois bourgeons. Laisser en place les branches principales et couper les pousses qui ont déjà donné des fleurs. Veiller à ce que le centre de la plante soit bien dégagé pour une bonne aération et une meilleure pénétration de la lumière.

La bignone est rustique mais selon la variété, elle est plus ou moins résistante au froid. La bignone commune par exemple supporte une température de -15°C. La floraison par contre dépend en grande partie de l’exposition au soleil. En hiver, veiller à protéger chaque pied de bignone avec un paillis. A la sortie de l’hiver, les extrémités des branches, environ 50 cm, blanchissent, sèchent et meurent. Il ne faut pas s’en étonner car c’est un processus tout à fait normal, il suffit de couper les parties mortes si elles sont à portée de main, sinon elles seront recouvertes par de nouvelles pousses.

La bignone est rarement attaquée par les insectes. Mais si jamais les araignées rouges et les pucerons viennent à débarquer, il faut penser à leur prédateur naturel, les coccinelles. Quant à l’oïdium qui est une maladie due à un champignon, utiliser un produit bio pour le traiter : du lait écrémé dilué dans l’eau. Enfin, il faut protéger la bignone des vents froids qui peuvent provoquer la chute des boutons floraux.

Horticulture - Homéopathie | © mentions légales