Bricoleurs.Tv » Jardin et espaces verts » Le Potager » La rotation des cultures

La rotation des cultures, une pratique traditionnelle remise à l’honneur par souci de développement durable

Vouloir exploiter au mieux l'espace réduit de notre jardin ou la vaste étendue de nos champs n'implique pas forcément l'investissement de grosses sommes d'argent pour l'achat de fongicide, de pesticide ou autres engrais chimiques. Des méthodes naturelles qui ne nécessitent qu'une bonne organisation de nos parcelles suffisent. Ainsi une rotation bien agencée, soutenue par l'apport périodique de fumier ou de compost, améliore la terre et garantit une production régulière tout au long des saisons.

La rotation des cultures

Un minimum de préparation et un effort d’organisation du jardin permettent de tirer profit de la terre sans porter atteinte à l’environnement. Les plantes que nous cultivons se divisent en différentes catégories qui ont chacune leur particularité. Si certaines puisent leur nourriture en profondeur (carotte, betterave, navet, etc.), d’autres prélèvent les éléments nutritifs dont ils ont besoin dans la couche superficielle du sol. Ainsi, exploiter la même parcelle en y cultivant la même plante pendant des années est une grave erreur car en puisant ses ressources à une profondeur constante, la plante vide le sol des éléments spécifiques qui ne peuvent plus se reconstituer.

Pourquoi faut-il adopter la rotation des cultures ?

Du fait de ses besoins spécifiques, une même plante épuise un sol en certains éléments dont les cultures suivantes ne bénéficieront pas. Par ailleurs, les maladies spécifiques de la plante ainsi que ses parasites ont tendance à s’incruster et à se développer dans l’espace que la plante a occupé pendant des années. Or la nature est ainsi faite que les éléments de l’écosystème se complètent. Certains végétaux ont besoin de ce que d’autres rejettent. Certaines plantes nettoient le sol de certaines maladies et de certains parasites. La succession des cultures est alors un remède sinon une protection naturelle contre les débordements de la nature elle-même.

revenir en haut

Les préparatifs à faire pour une rotation des cultures réussie

Planifier l’utilisation du jardin est la première démarche à faire dans l’organisation des productions à venir. Dans le cas qui nous intéresse, cette planification se concrétisera par la division du jardin en trois parcelles. Ainsi dans la rotation des cultures que nous allons théoriser, nous prendrons une année pour cycle de culture. Nous cultiverons alors la même plante sur la même parcelle après une rotation sur deux autres emplacements.

Etablir une fiche Produits permet de classer les plantes par catégorie afin de savoir lesquelles ont les mêmes besoins, lesquelles peuvent être plantées ensemble et avec quelles autres, lesquelles, enfin doivent être plantées avant ou après d’autres espèces. D’une manière générale, les produits du jardin peuvent être classés en 3 principaux groupes :

  • les légumes feuilles
  • les légumes racines
  • les légumineuses
revenir en haut

Les légumes feuilles

Les légumes feuilles sont le chou, le chou-fleur, les salades, le brocoli, l’épinard, la mâche, le navet… Ces plantes sont très gourmandes en azote et nécessitent un apport d’engrais conséquent. Les légumes racines puisent leurs nutriments aussi loin que leurs racines s’enfoncent. Ce sont la carotte, le radis, le persil, le céleri… Dédaignant la couche superficielle, ces plantes ne profitent pas beaucoup du fumier que nous y déversons. Les légumineuses enrichissent le sol par l’azote qu’elles fixent grâce au transfert qu’elles réalisent avec leurs nodosités, petits renflements au niveau des racines. Les plus courantes sont le haricot, la lentille, le pois, la fève…

revenir en haut

Trucs et astuces pour une bonne rotation des cultures

La rotation des cultures est basée sur les 3 grands groupes précédemment cités, lesquels devront être plantés suivant un ordre établi pour tirer profit de la complémentarité mentionnée plus haut. Il ne faut donc pas improviser. La rotation la plus simple à réaliser s’échelonne sur 3 ans. Nous cultiverons successivement des plantes appartenant aux 3 groupes sur une même parcelle. Ainsi nous commencerons par des légumineuses sur la parcelle n°1 l’année 1, des légumes feuilles sur la parcelle n°2 l’année 1 et des légumes racines sur la parcelle n°3 l’année 1.

A l’année 2, les légumes racines viendront remplacer les légumineuses sur la parcelle n°1, tandis que les légumes feuilles prendront la place des légumes racines sur la parcelle n°3, et pour finir, les légumineuses viendront enrichir le sol laissé par les légumes feuilles sur la parcelle n°2. A l’année 3, la succession sera continuée dans le même ordre. La règle d’or reste qu’il ne faut pas planter deux années de suite le même légume sur une même parcelle. Il est quand même bon de savoir que le laps de temps requis pour qu’un sol se régénère est d’environ 4 ans. Ainsi, il n’est pas superflu de prévoir une quatrième parcelle que nous laisserons se régénérer avec des engrais verts. D’ailleurs, certains légumes comme l’ail, l’oignon, le poireau, la carotte, la betterave et le chou épuisent vite un sol qu’on ne laisse pas se reposer.

revenir en haut

Association de cultures

En fait, il est conseillé d’associer certaines cultures, c’est-à-dire des plantes qui n’appartiennent pas forcément à un même groupe, afin d’exploiter au mieux la parcelle et pour avoir un rendement satisfaisant. Ainsi, le chou, la salade ou le poireau cohabitent sans heurt avec la tomate, le poivron, l’aubergine ou la pomme de terre. De même, la carotte, le navet ou la betterave peut être associé à l’ail ou l’oignon.

Une mention particulière doit être faite au sujet des plantes vivaces. En effet, cette catégorie de cultures demande un temps assez long pour s’adapter et bien se fixer sur un sol. Les cultures dites "vivaces" sont l’asperge, l’artichaut, la fraise et la framboise. Les programmer dans la rotation des cultures équivaudrait à toujours faire revenir à son début le cycle d’acclimatation de ces plantes sur la parcelle.

Horticulture - Homéopathie | © mentions légales