Bricoleurs.Tv » Jardin et espaces verts » Arbres et Arbustes » Oranger du Mexique

Les astuces et techniques de jardiniers pour planter et bien entretenir l’oranger du Mexique

Originaire d’Amérique centrale comme son nom l’indique, l’oranger du Mexique est un arbre non fruitier de la famille des rutacées à l’exemple des agrumes qui, eux, donnent des fruits comestibles. Il étonne par sa résistance à la neige de l’ordre de -15°C mais ne supporte pas pour autant les vents froids, qui freinent sa croissance. Choisya ternata est le nom botanique de la variété classique de cette plante qui se reproduit très simplement par bouturage et par marcottage. Il existe plusieurs autres variétés comme le ternata « aztec pearl » au feuillage abondant et au puissant parfum qu’il est agréable d’avoir dans un sentier ou proche d’une fenêtre. N’oublions pas non plus le « sundance » et le « walterboon moonshine », ornant et parfumant les jardins, les balcons de bureau et d’habitation. L’oranger du Mexique occupe peu d’espace car si sa taille à l’âge adulte avoisine les 3 mètres, l’envergure de son feuillage arrondi fait à peine 2,5 mètres. En outre, il se plante et s’entretient assez aisément.

Oranger du Mexique

S’il fallait dresser une liste des plantes les moins capricieuses du monde, l’oranger du Mexique occuperait une place de choix. Pouvant atteindre 2 à 3 mètres de hauteur à l’âge adulte, c’est un arbuste d’ornement très prisé avec un feuillage d’un vert ou d’un orange persistant et de superbes fleurs blanches qui parfument et décorent les jardins et les terrasses ainsi que les balcons.

La multiplication de l’oranger du Mexique

Ce particulier arbuste qu’est l’oranger du Mexique se multiplie essentiellement par bouturage et par marcottage. Le bouturage se fait au mieux en mars ou septembre en prélevant une jeune tige ou un bout de branche de l’arbuste. Il faut ensuite ôter les feuilles situées au bas de la tige et n’en laisser que 3 ou 4. Plonger le bout de la tige dans de poudre d’hormone. Très recommandée car difficilement contournable pour la réussite des boutures, cette hormone est en principe présente de façon naturelle dans toutes les plantes pour stimuler leur croissance, mais on en trouve dans le commerce sous forme de poudre ou de liquide. Ensuite, la planter en pleine terre ou dans un pot contenant un mélange mouillé de terreau, de sable et de tourbe dans des proportions sensiblement égales. Attention, si le sol est très argileux, il faut l’alléger en y répandant des copeaux pris chez le menuisier. Ces copeaux constitueront l’humus qui contribuera au maintien de l’humidité, contrairement à la tourbe qui entame cette humidité. En bêchant régulièrement le sol, les racines pourront puiser leurs aliments des fertilisants contenus dans l’humus et retenus par l’argile. Veiller à mettre l’ensemble à la lumière mais à l’ombre. Pour les plantes en pot, une terrasse serait très indiquée. Arroser lorsque le sol ou le substrat du pot s’assèche.

Le marcottage de l’oranger du Mexique consiste à provoquer l’apparition et le développement de racines autour d’une branche afin de les rempoter pour obtenir de jeunes plants. Pour le faire, il faut essentiellement un couteau, un pot en plastique ou à défaut un sac en plastique, un substrat qui peut être de la mousse de sphaigne et des attaches. Concrètement, on procède d’abord à deux incisions parallèles distantes de 10 cm environ à l’aide du couteau, puis on fait une troisième incision en reliant les précédentes. Ensuite, on enlève l’écorce en prenant soin de bien gratter le bois pour qu’aucune couche aussi fine soit-elle ne reste dans la partie dénudée sur laquelle on installe le pot, préalablement sectionné pour adhérer au tronc, en l’attachant solidement. On y met suffisamment de substrat bien mouillé et enfin, on tasse ce substrat sans compacter. Il faut attendre deux mois environ ou plus en veillant à maintenir humide le substrat utilisé. Quand les racines qui vont apparaître seront suffisamment développées, on les mettra dans un petit bac plat.

revenir en haut

Plantation de l’oranger du Mexique

Reçu dans un conteneur ou produit localement dans un pot, Choisya ternata est un arbuste qui se plante simplement. On a besoin d’une bêche, d’un seau ou un bac contenant de l’eau, de fumier, d’un peu d’engrais de fond en grain, de sable. Pour un sol argileux, l’humus sera très recommandé. On creuse un trou cylindrique d’un demi-mètre de profondeur et autant en diamètre. Mélanger la terre retirée du sol au fumier et mettre un peu d’engrais granulé au fond du trou. Plonger la motte dans l’eau afin d’hydrater les racines, puis mettre le plant d’oranger du Mexique dans le trou. Recouvrir du mélange terre-fumier-sable et damer légèrement le sol puis arroser abondamment la première fois. L’oranger du Mexique étant une plante ornementale d’extérieur, on peut le planter dans un bac pour qu’il décore les terrasses, les hangars ou les balcons. Cette plantation utilisera comme substrat, un mélange humide de sable, de terreau et de tourbe.

revenir en haut

Les ennemis de l’oranger du Mexique

Malgré sa résistance, l’oranger du Mexique peut connaître quelques maux dus soit à un mauvais traitement ou un entretien inapproprié, soit à l’action de quelques insectes. Les acariens, les pucerons, les cochenilles et le phytophtora sont ses principaux ennemis. Les pucerons et les acariens s’attaquent aux feuilles de l’oranger, les mangent et provoquent l’assèchement des branches. L’oranger du Mexique touché par le phytophtora présente, entre autres aspects, un port en parapluie, le pourrissement du collet et des racines et des feuilles subitement jaunes… Les coccinelles cryptolaemus vendues spécialement à cet effet s’occupent de débarrasser l’oranger du Mexique de certains insectes ravageurs comme les cochenilles qui sont en fait leur proie. Selon leur disponibilité, quelques produits naturels peuvent aider à lutter contre les pucerons. Ce sont entres autres les feuilles de menthes macérées environ quatre jours dans de l’eau, le purin d’ortie moyennement dilué (dilution à 50 %) dans de l’eau. La pulvérisation de l’un de ces liquides sur la plante permet de chasser les pucerons. Le saupoudrage du talc sur les feuilles les protège aussi des pucerons. Pulvériser de l’eau savonneuse obtenue à partir du savon noir aide à faire fuir beaucoup d’insectes. Cependant, si l’oranger du Mexique est très grand, et/ou si le mal prend de l’ampleur, alors on pourra utiliser un insecticide sur prescription d’un spécialiste.

Horticulture - Homéopathie | © mentions légales