Bricoleurs.Tv » Jardin et espaces verts » Arbres et Arbustes » L’Erable

Planter, tailler et traiter les érables contre insectes et maladies

Les érables appartiennent à la famille des acéracées, on n’en dénombre pas moins d’une cinquantaine d’espèces, et une ou deux centaines de cultivars. Cette grande diversité a conduit à l’apparition de nouvelles variétés de gammes de couleur de feuillage, mais également à une exigence de culture de plus en plus spécifique pour chaque variété. Au cours de l’achat de votre motte ou de votre arbre en conteneur, vous auriez donc à choisir une espèce ou un cultivar parmi les centaines existant dans le commerce… Pour être sûr de ne pas commettre d’erreur et pour vous faciliter son entretien ultérieur, tenez toujours compte des caractéristiques de votre jardin.

L’Erable

Espace disponible, qualité du sol (son type et son pH), le climat de la région, plantes et végétation de voisinage sont autant de critères qui permettent d’éliminer d’office certaines espèces pour faciliter votre choix. Les érables sont appréciés par la belle couleur automnale de leur feuillage, mais également pour la qualité de l’ombrage qu’ils peuvent offrir et pour la particularité de l’écorce de certaines espèces. Mais avant d’en arriver là, encore faut-il savoir leur offrir la meilleure qualité de sol en matière de plantation et les meilleurs soins d’entretien possibles.

A chaque espèce et variété d’érable ses exigences de culture

La plupart des espèces se plaisent en climat légèrement humide et tempéré. Bien qu’ils survivent sur tous les types de sol ou presque, on préconise souvent un sol acide ou à défaut neutre pour obtenir une couleur automnale plus éclatante. Leur feuillage est sensible aux pluies diluviennes ou abondantes, surtout durant l’été et le printemps, mais aussi aux rafales de vent. Leur plantation se fait donc dans une zone abritée mais éclairée (non loin d’une haie ou d’un autre rideau végétal, d’un mur…). D’une manière générale, le marcottage est réservé à la multiplication des branches basses, à l’exception des espèces à feuilles rondes. Le semis est réservé pour les plantations des espèces. Mais comme toutes les graines ne sont pas toujours fertiles, il faut dans ce cas sélectionner les graines les plus fraîches et semer en grande quantité. L’érable champêtre se multiplie assez bien par semis. Les cultivars se prêtent mieux au greffage que les espèces. L’érable capillipe se multiplie par bouturage et on doit prélever des fragments de 10 centimètres en moyenne.

Les autres critères de plantation plus spécifiques ont été regroupés par espèces, cultivars et variétés les plus fréquemment rencontrés dans les jardins. L’érable du Japon est très décoratif, sa taille adulte avoisine les 3,50 mètres, ses feuilles arborent une couleur rouge éclatante à l’automne. Cet érable donne également des fruits et des fleurs rouges. Ses racines réclament néanmoins de la terre de bruyère pour mieux prendre. C’est une espèce qui résiste beaucoup à la chaleur, mais qui réclame cependant un ombrage pour ses feuilles. La variété « dissectum garnet » se développe très bien dans un bac. L’érable doré réclame également une situation légèrement ombragée, ses feuilles étant très sensibles aux dernières gelées de changement de saison. Cet érable se plaît entouré de rhododendrons et d’azalées. A défaut de terre de bruyère, vous pouvez utiliser un mélange de tourbe et de terreau à base de feuilles. Retenez que l’érable du Japon ne tolère pas du tout les sols riches en calcaire. L’érable blanc, dit « laciné » est une espèce imposante qui réclame plus d’espace. Il se plante uniquement isolé et non en alignement. Cette espèce se plaît dans les sols profonds et frais.

Les érables sont vendus sous diverses formes. En conteneurs, la plantation peut se faire à n’importe quel moment de l’année, du moment qu’il n’y a ni grosse chaleur, ni pluie abondante, ni gelée. Pour les racines nues ou en mottes, la plantation se fait entre le mois de novembre et le mois de mars, c’est-à-dire lorsque la croissance de la végétation est en arrêt.

revenir en haut

Technique d’entretien des érables

Les érables sont des arbres qui dégagent une forte personnalité. Respectez leur port naturel pour conserver leur qualité ornementale. Vous pouvez les tailler régulièrement (deux fois par an), surtout pour les espèces buissonnantes (les espèces « dissectum ») lorsque la végétation est en arrêt. Les élagages sont jugés trop traumatisants pour les espèces, sauf pour l’espèce « negundo ». En effet, sa variété flamingo émet de nombreuses jeunes pousses vertes très avides de sève, au détriment des feuilles panachées et des autres branches. Eliminez régulièrement les branches et les feuilles mortes qui peuvent constituer une réserve d’insectes nuisibles ou de toxine pour l’arbre. La « rhytismose » est une maladie qui atteint souvent les érables. Encore appelée « maladies des taches noires », elle touche préférentiellement les feuilles. La maladie est à suspecter dès l’apparition des premières croûtes ou taches noires sur la face supérieure des feuillages. Une chute inexpliquée des feuilles peut également révéler la rhytismose. C’est pourquoi, à chaque entretien, les feuilles mortes doivent être soigneusement ramassées et détruites, transformées en compost ou brûlées.

revenir en haut

Quelques derniers conseils pour vos érables

Dès l’apparition d’une maladie ou la détection d’insectes nuisibles, il est impératif d’effectuer un traitement de prévention pour les autres sujets, notamment les érables plantés en alignement. Parfois la source de contamination est une autre espèce de plantes, de fleurs ou d’arbustes dans le jardin. C’est pourquoi cisailles, sécateurs et autres outils doivent être soigneusement nettoyés avant de passer à l’entretien de vos érables.

L’érable plane est l’espèce la plus rencontrée en ville, il est peu exigeant et supporte très bien la pollution. Généralement utilisé en alignement, le sujet peut également être planté isolé. L’érable sycomore érigé qui présente un port étroit dit « en colonne » convient très bien aux jardins moyens.

Horticulture - Homéopathie | © mentions légales