Bricoleurs.Tv » Jardin et espaces verts » Arbres et Arbustes » Entretien d’un Bonsaïs

Bien entretenir ses bonsaïs pour en profiter pendant des années

Un bonsaï en bonne santé apparente lors de l’achat est beaucoup plus facile à entretenir. Avant de choisir son bonsaï, il faut vérifier si l’arbre est bien enraciné dans le pot, si le tronc ne porte aucune cicatrice apparente et si son extrémité est fine et pointue, si les branches sont bien disposées autour du tronc, si celles du niveau inférieur se penchent vers le bas, celles du milieu sont bien horizontales et celles du niveau supérieur dirigées vers le haut, et enfin, si les feuilles ne portent aucune trace de maladie ou de parasite.

Entretien d’un Bonsaïs

A l’achat d’un bonsaï, il faut savoir que les espèces tropicales n’ont pas besoin de période de repos, il leur faut constamment une température supérieure à 15°C. En hiver, il suffit de les faire rentrer à l’intérieur de la maison. Parmi ces espèces, citons l’hibiscus, la bougainvillée, l’olivier et le cerisier. Par contre, les espèces rustiques doivent passer par un état de dormance en hiver. Il est impératif de les placer dans un endroit où la température avoisine 5°C pendant 2 à 3 mois. Si on place une espèce rustique à l’intérieur de la maison pendant tout l’hiver, cela signe son arrêt de mort. Parmi ces espèces, citons le pin, le buis, le genévrier et le cotonéaster. Il est évident que si on ne dispose pas de local suffisamment froid pour entreposer ces espèces rustiques, il vaut mieux opter dès le départ pour une espèce tropicale.

L’arrosage des bonsaïs

L’arrosage est un point crucial dans l’entretien d’un bonsaï. L’excès autant que le manque d’eau peut tuer la plante. Pour arroser un bonsaï, on peut utiliser soit l’eau de pluie soit l’eau du robinet. Il est préférable d’utiliser l’eau de pluie qui ne comporte ni fluor ni chlore. Attendre que l’eau soit à la température ambiante avant de procéder à l’arrosage. Quant à l’eau du robinet, il faut la laisser se reposer pendant au moins 24 h pour que le fluor et le chlore qu’elle contient puissent s’évaporer.

La fréquence des arrosages dépend de l’espèce de bonsaï, du taux d’humidité et de la température. Mais en général, quelle que soit l’espèce, l’arrosage doit se faire soit très tôt le matin soit en début de soirée, éviter d’arroser durant la journée en plein soleil car cela risque de brûler les feuilles. Pour les espèces tropicales en hiver, il est conseillé de vaporiser les feuilles matin et soir car le taux d’humidité bas et la chaleur à l’intérieur des maisons favorisent la prolifération des insectes. Il faut arroser avec un jet d’eau fin ou plonger le pot dans une bassine contenant de l’eau. Le but est de bien humidifier le substrat sans le détremper. Aussi après l’arrosage, il faut pencher le pot pour éliminer l’excès d’eau.

revenir en haut

La taille et le rempotage des bonsaïs

Les racines ont pour rôle de maintenir le bonsaï bien en place et d’absorber les éléments nutritifs qui lui sont indispensables. Après 2 ou 3 années dans le même pot, les racines commencent à envahir le pot et si on n’intervient pas, le bonsaï risque de s’étouffer avec ses propres racines et finir par mourir. Il est alors temps de procéder au rempotage. Arrêter complètement l’arrosage et laisser sécher le substrat afin qu’il puisse être séparé plus facilement des racines. Quand le bonsaï est complètement dégagé, vaporiser les racines avec un peu d’eau puis couper 1/3 de leur longueur totale.

Le rempotage se fait au début du printemps lors d’une journée pas trop chaude. La technique est la suivante :
placer une grille en plastique au niveau de chaque trou du nouveau pot puis la fixer à l’aide d’un fil métallique. Insérer un fil d’aluminium dans chaque trou de drainage pour fixer le bonsaï au pot. Étaler un peu de gravier au fond du pot puis déposer une première couche de substrat (mélange à quantité égale de terre noire, de sable, d’argile et de graviers) à l’aide d’un tamis de 5 mm. Placer le bonsaï sur cette couche et le fixer au moyen des fils d’aluminium. Remplir le pot avec une deuxième couche de substrat mais en s’aidant d’un tamis de 3 mm. Terminer par déposer une couche de petits cailloux de 1 mm puis arroser généreusement. Attendre 2 mois avant de fertiliser.

Pour la taille des branches, veiller à utiliser des outils propres. Tailler en mars ou avril pour les vieilles branches et en mai ou juin pour les nouvelles pousses. Il faut savoir que la forme de base du bonsaï dépend de la taille des branches. Sur les espèces à feuilles parallèles par exemple, si on coupe une branche on aura deux nouvelles pousses tandis que sur les espèces à feuilles alternées, la nouvelle pousse va se diriger du côté du dernier bourgeon restant.

revenir en haut

Comment fertiliser un bonsaï ?

Pour la fertilisation, on a le choix entre l’engrais organique et l’engrais chimique, mais ce dernier est plus facile à utiliser car il se dilue facilement dans l’eau. Il est composé d’azote, de phosphore et de potassium à des proportions différentes. Un bonsaï en pleine période de croissance a besoin de plus d’engrais qu’un bonsaï âgé. Quand la plante présente de nouvelles pousses, c’est qu’elle est en période de croissance. Pendant cette période, apporter d’engrais toutes les deux semaines. En hiver, si le bonsaï est à l’intérieur de la maison, un apport une fois par mois suffit. Pour les espèces rustiques en état de dormance (voir plus haut), il faut s’abstenir de fertiliser.

Il ne faut jamais fertiliser un substrat sec, il faut d’abord l’arroser avec de l’eau de pluie ou de l’eau de robinet. Attendre un quart d’heure puis arroser de nouveau avec de l’eau contenant l’engrais dilué. A titre indicatif, pour les arbres à fleurs en période de croissance, utiliser de l’engrais à forte teneur en phosphore (15-30-15), pour les arbres à aiguilles, privilégier l’azote (30-10-10) et pour les arbres à feuilles, les trois éléments doivent être à quantité égale (20-20-20).

revenir en haut

Dépister et traiter les maladies des bonsaïs

Un bonsaï, quoique bien entretenu, n’est pas à l’abri des maladies et autres parasites. Il peut être attaqué par des champignons et des bactéries. Les arbres fruitiers sont les plus sensibles aux maladies bactériennes. Elles se caractérisent par des nouvelles pousses qui prennent une teinte noirâtre et par une sorte de pus blanchâtre qui sort du tronc. Les maladies cryptogamiques se manifestent par des champignons blancs farineux à la surface des feuilles. Il faut commencer par supprimer les feuilles contaminées puis traiter à l’aide d’un produit fongicide. Pour les parasites, on retrouve surtout les araignées rouges, les aleurodes, les cochenilles et les pucerons. Les feuilles jaunissent et les branches deviennent sèches et cassantes. Dans chaque cas, il faut s’assurer que l’insecticide utilisé soit inoffensif pour le bonsaï.

Horticulture - Homéopathie | © mentions légales