Bricoleurs.Tv » Énergies renouvelables

Énergies renouvelables

Le réchauffement climatique est un sujet au centre des grands débats et les propositions de solution émanent de tous les côtés. Afin de protéger efficacement l’écosystème, des programmes écologiques et environnementaux ont été mis en place et des mesures ont été prises pour réduire l’émission de gaz à effet de serre à l’échelle mondiale parmi lesquelles se trouvent quelques techniques de production d’énergie dite renouvelable. Dans le domaine de l’immobilier, les ressources énergétiques traditionnelles telles que le fuel domestique tendent à peser lourd sur les portefeuilles. Certaines méthodes anciennes ont été maintes fois rendues plus productives et plus performantes grâce à la technologie. Ainsi, ces techniques modernisées permettent de préserver un semblant d’équilibre naturel tout en réalisant une économie nettement plus importante d’énergie pétrolière et par conséquent une économie d’argent.

Énergies renouvelables

Par énergie renouvelable, on entend l’utilisation des ressources permanentes et abondantes dans la production de l’énergie nécessaire aux besoins d’entreprise et domestiques. Il s’agit, entre autres, du soleil, source d’énergie pratiquement intarissable, de l’eau, du vent, du sous-sol, de la biomasse, des déchets et dans une moindre mesure du bois et des plantes. Ils constituent une véritable richesse naturelle quasiment inépuisable dont l’exploitation à grande échelle permettrait de produire assez de chaleur pour chauffer les maisons et les alimenter en électricité. Ainsi, les autorités poussent les particuliers à adopter ces nouvelles sources d’énergie en leur accordant des allègements fiscaux conséquents par les crédits d’impôt.

Les énergies renouvelables dans la production électrique

Les panneaux photovoltaïques sont des capteurs et des transformateurs d’énergie solaire permettant de produire du courant électrique. Ce courant continu est immédiatement utilisable pour assurer les besoins énergétiques d’une habitation normale. Pour ce faire, l’énergie recueillie par les panneaux est transformée en courant alternatif de 220 V grâce à un appareil ondulatoire. Tout le circuit électrique ménager peut donc s’alimenter sur cette transformation directe de l’énergie solaire. Autrement, le propriétaire peut choisir de diffuser directement ce courant alternatif dans le réseau public en engrangeant 0,14 € par kWh. Par ailleurs, il peut également choisir de l’accumuler dans une batterie conçue à cet effet. En outre, il faut savoir qu’une maison qui produit cette énergie solaire photovoltaïque peut délivrer une puissance de 2,5 kW. En réalisant un tel investissement, un crédit d’impôt de 50 % sera accordé pour le seul particulier et non pour les entreprises, d’autant plus que les dépenses engagées sont importantes pour l’achat et l’installation de ce dispositif.

Des mesures incitatives identiques sont appliquées par l’Etat en faveur des particuliers qui s’investissent dans la production d’énergie éolienne. Toutefois, cet engagement nécessite un endroit spacieux où le vent présente une vitesse supérieure à 4 m/s, afin de faire tourner correctement les pales. Ce mouvement circulaire se transforme en énergie grâce à un dynamo. Au-delà de 25 m/s, les pales s’arrêtent automatiquement, par sécurité. En outre, plus l’installation est importante, meilleure est la production électrique. A cet effet, les autorités n’encouragent pas vraiment les petits mâts bien que ceux-ci soient plus appropriés pour les besoins domestiques. Ainsi, le choix appartient au particulier. Dans tous les cas, il devra toujours utiliser une ou plusieurs batteries d’accumulateurs et pourra revendre ensuite sa production si sa maison n’en consomme pas la totalité. Selon la dimension de l’équipement, une éolienne peut délivrer entre 10 kW et 5 MW.

Il est possible et de plus en plus répandu d’utiliser du biogaz dans la production d’électricité. Le principe part de l’accumulation dans une cuve des déchets, notamment organiques, dont la fermentation durant 60 jours permet de dégager du biogaz. Un moteur servira ensuite à l’enflammer et l’énergie qui s’en dégage actionnera une dynamo qui fournit l’électricité. En outre, celle-ci peut être accumulée et revendue. Quant aux résidus de cette opération, il faut savoir qu’une émission de chaleur peut être récupérée au moyen de conduits traditionnels pour servir de chauffage alors que les suppléments liquides font office d’engrais sur les superficies agricoles. La production électrique par le biogaz convient donc particulièrement aux campagnes et au milieu agricole par sa triple action. Néanmoins, le biogaz peut également servir au chauffage domestique.

revenir en haut

Les énergies renouvelables dans la production de chaleur

En utilisant la biomasse, les déchets animaux et végétaux, une fermentation sans oxygène permet de produire du méthane, du biogaz qui pourra servir au chauffage après un court processus de purification. Sa vulgarisation est surtout d’ordre écologique car il empêche un rejet trop élevé de gaz carbonique dans l’atmosphère.

Un minimum de 20 m² est nécessaire pour disposer des capteurs solaires sur le toit. Ces derniers éviteront toute zone d’ombre et seront orientés plein sud avec un angle de 45° par rapport à l’horizon afin de produire de l’énergie solaire thermique. Celle-ci servira à chauffer l’intérieur d’une maison et même à chauffer l’eau contenue dans un gros ballon. Cette eau chaude pourra circuler à travers un circuit intégré dans les dalles du sol et générer ainsi une température ambiante agréable. Autrement, elle peut ravitailler les radiateurs, de nouvelles ou d’anciennes générations. Par ailleurs, il est d’usage d’accoupler un tel dispositif à un chauffage d’appoint afin de couvrir la totalité des besoins du ménage.

Bien que le bois ne soit pas une denrée inépuisable, il est renouvelable à plus forte raison que les différentes technologies permettent de préserver les forêts plus longtemps. En effet, les chaudières à bois sont plus performantes et plus économiques surtout si elles sont assorties d’un label reconnu. De plus, elles peuvent s’alimenter avec des bûches particulièrement traitées ou par des granulés de bois, nouveaux sur le marché, gérés automatiquement. De ce fait, ces chaudières des temps modernes produisent très peu de fumées, sont moins toxiques et n’exigent pas de grands efforts.

Par la géothermie, il faut comprendre l’exploitation de la chaleur et de l’énergie du sol. Cette technique utilise les pompes à chaleur dont les capteurs peuvent être disposés horizontalement sur une superficie 2 à 4 fois plus importante que la surface à chauffer, ou alors verticalement en puisant l’énergie du sol ou de la nappe phréatique à plus de 80 m de profondeur. En transférant la chaleur du sol dans le plancher chauffant ou dans les radiateurs, les pompes à chaleur assurent une température plaisante dans le foyer et quelques modèles peuvent également rafraîchir les pièces. Autrement, certaines pompes à chaleur puisent l’énergie de l’air. On parle alors d’aérothermie, système peu efficace par temps frais et surtout pendant l’hiver.

Horticulture - Homéopathie | © mentions légales