Bricoleurs.Tv » Mobilier Aménagement » L’assemblage des meubles en angle

Les bons conseils utiles à suivre pour monter ses meubles en angle

Dans la pratique, il existe plusieurs manières de procéder à l’assemblage des meubles en angle, la meilleure façon de s’y prendre dépend notamment de l’agilité du monteur, mais le but est d’obtenir un meuble monté solidement sans qu’on ait besoin de recourir au service d’un professionnel. Il doit s’effectuer en fonction du besoin du demandeur, en effet le montage peut être soit provisoire c'est-à-dire que le meuble est démontable, soit définitif.


L’assemblage des meubles en angle

On peut avoir recours au système invisible qui cache bien l’assemblage ou bien au système visible en usant des petits appareils d’assemblage mais dont la réalisation est beaucoup plus facile. Le choix doit se porter sur son utilisation ultérieure, si on a besoin d’un grand esthétisme ou non, c’est-à-dire que si le meuble est à placer dans le salon il est préférable d’opter pour un assemblage invisible sinon, pour un meuble destiné à la chambre à coucher ou la cuisine, on peut opter pour le montage visible. Les différents types de montage classique, facile, simple et rapide qu’il soit perceptible à l’œil nu ou non seront cités ici.

Appelé également assemblage en croix, l’assemblage d’angle est devenu une pratique courante de tous les jours lors de l’aménagement du domicile touchant au changement ou à la manipulation des meubles ou autres. Il existe plusieurs manières de réaliser des assemblages invisibles comme l’assemblage à excentrique, celui avec un écrou à encastrer, le plus simple avec un tourillon et celui usant d’un vis pour aggloméré. En ce qui concerne l’assemblage visible, il nécessite l’usage d’un petit appareil d’assemblage pouvant être en plastique ou en métal. Les divers types d’assemblage visible dépendent de ce petit appareil d’assemblage, ainsi on a les pré-trous, le système en applique et le système métallique ou plastique.

Les assemblages invisibles

Parmi les différents types d’assemblage invisible, qui est le plus simple à réaliser notamment pour les amateurs, on peut citer celui usant du tourillon pour mieux tenir les raccordements. Pour ce faire, on doit disposer d’une colle, d’un maillet, des tourillons, des mèches à bois avec une butée d’arrêt, d’un pointeau ou d’un clou à défaut et d’une perceuse. Avant de procéder à cette installation, il faut savoir que cet assemblage n’est pas démontable, il est définitif. Le diamètre de la mèche à bois à employer et des tourillons doit être compatible. Percer sur l’épaisseur de la plaque de bois à fixer, la profondeur de ce perçage doit être définie à l’avance par rapport à la longueur du tourillon, c’est-à-dire que cette profondeur doit être égale à la moitié de la longueur totale du tourillon, normalement elle ne doit pas dépasser les 20 mm. Pour s’assurer de cette profondeur, il est indispensable de mettre la butée d’arrêt sur la mèche en tenant compte de la profondeur du perçage. Le nombre de trou à réaliser sur l’épaisseur de la plaque à mettre en place est à la discrétion du bricoleur. Placer le pointeau, ou à défaut le clou, dans le trou et rapprocher les deux panneaux à assembler afin que le pointeau marque l’endroit à trouer sur l’autre plaque en formant un angle droit. Percer l’autre plaque aux endroits marqués par le pointeau, mettre en place les tourillons sur le panneau initialement troué en induisant de colle ses extrémités, puis fixer le premier panneau au second panneau par le biais de ces tourillons en bien enfonçant la moitié de la longueur des tourillons à l’air libre dans les trous du second panneau. Taper légèrement avec un maillet sans altérer aux différentes parties des meubles afin de bien les rassembler.

L’autre manière toute aussi simple d’assembler des meubles en angle d’une façon invisible correspond à l’utilisation d’une vis pour aggloméré. Ici, il faut bien tenir compte de l’épaisseur du bois à utiliser dont le minimum acceptable est de 16 mm. Pour le réaliser, on a besoin d’une mèche à bois dont le diamètre doit être conforme aux vis à employer, des vis d’assemblage et une perceuse. Les deux panneaux sont à juxtaposer sur les parties à assembler, dans la position d’assemblage. Les percer dans cette position avec une mèche ayant un diamètre inférieur de 2 mm à celui de la tête de vis. Prendre une mèche ayant le même diamètre que la tête de vis et percer seulement l’une des plaques qui recevra la tête de vis avec cette mèche. Un troisième perçage est indispensable pour aléser ce panneau sur lequel la tête de vis sera placée, la mèche à utiliser pour ce troisième perçage doit avoir un diamètre plus large que celui de la tête de vis, souvent de plus de 2 mm à 3 mm que la tête de vis, la profondeur de ce troisième perçage est de 2 mm seulement. Bien aligner les trous sur les panneaux et faire pénétrer la vis d’assemblage à l’intérieur, pour terminer, mettre le capuchon de protection.

revenir en haut

L’assemblage visible

Presque tous les assemblages visibles sont commodes à réaliser, le plus courant est celui usant d’une ferrure d’assemblage métallique ou d’un système d’assemblage plastique dont le coin forme 90°. Pour ce faire, on a besoin de la ferrure proprement dite, d’un appareil visseuse et dévisseuse et d’une perceuse. La pose est très simple, il suffit de rapprocher les deux plaques à rassembler, de mettre en place la ferrure ou le système d’assemblage. La place de ces deux panneaux doit suivre celle du système d’assemblage pour bien donner un angle droit. On n’a plus qu’à fixer toutes les vis à bois, si on a des doutes quant à la droiture de l’angle pour donner 90°, on peut avoir recours à l’utilisation d’un niveau. Le principe reste le même pour tous les types d’assemblages visibles, c’est seulement sur le petit système d’assemblage qu’il y a une différence.

Horticulture - Homéopathie | © mentions légales